Arias
Duos...
Óperas
Cantatas
Compositoras
Switch to English

Ária: O Dieu que de bijoux

Compositor: Gounod Charles

Ópera: Faust

Papel: Marguerite (Soprano)

Desculpe, mas ainda não temos partituras separadas para esta parte, mas você pode baixar a partitura completa desta ópera e encontrar manualmente o que está procurando.

Partituras

"Faust" PDF 11Mb "Faust" PDF 12Mb "Faust" PDF 13Mb "Faust" PDF 13Mb "Faust" PDF 16Mb "Faust" PDF 16Mb "Faust" PDF 17Mb "Faust" PDF 18Mb "Faust" PDF 19Mb "Faust" PDF 20Mb "Faust" PDF 29Mb "Faust" PDF 30Mb "Faust" PDF 31Mb "Faust" PDF 36Mb "Faust" PDF 44Mb

Partituras para orquestra

"Faust" PDF 5Mb "Faust" PDF 7Mb "Faust" PDF 9Mb "Faust" PDF 10Mb "Faust" PDF 10Mb "Faust" PDF 10Mb "Faust" PDF 12Mb "Faust" PDF 16Mb "Faust" PDF 29Mb "Faust" PDF 30Mb "Faust" PDF 30Mb "Faust" PDF 47Mb "Faust" PDF 48Mb "Faust" PDF 63Mb

MARGUERITE
Elle ouvre la cassette et laisse tomber le bouquet.
O Dieu! que de bijoux! ... est-ce un rève charmant
Qui m'éblouit, ou si je veille? ...
Mes yeux n'ont jamais vu de richesse pareille! ...

Elle place la cassette sur une chaise et s'agenouille pour se parer.

Si j'osais seulement
Me parer un moment
De ces pendants d'oreille! ...
Elle tire des boucles d'oreille de la cassette
Ah! voici justement,
Au fond de la cassette,
Un miroir! ... comment
N'être pas coquette?

N° 14 - Air des bijoux

Elle se pare des boucles d'oreilles, se lève et se regarde dans le miroir.

Ah! je ris de me voir,
Si belle en ce miroir!
Est-ce toi, Marguerite?
Réponds-moi, réponds vite!
Non! non! ce n'est plus toi!
Non! non! ce n'est plus ton visage!
C'est la fille d'un roi,
Qu'on salue au passage!
Ah, s'il était ici! ...
S'il me voyait ainsi!
Comme une demoiselle,
Il me trouverait belle.
Elle se pare du collier.
Achevons la métamorphose!
Il me tarde encor d'essayer
Le bracelet et le collier!
Elle se pare du bracelet et se lève.
Dieu! c'est comme une main qui sur mon bras se pose!
Ah! je ris de me voir
Si belle en ce miroir!
Est-ce toi, Marguerite?
Reponds-moi, reponds vite!
Ah, s'il était ici! ...
S'il me voyait ainsi!
Comme une demoiselle,
Il me trouverait belle.
Marguerite, ce n'est plus toi,
Ce n'est plus ton visage,
Non! c'est la fille d'un roi,
Qu'on salue au passage.